POLITIQUE

Le député Cazenove souhaite libérer l’énergie solaire

L’élu veut un code de l’urbanisme facilitant les panneaux photovoltaïques

A droite, le député Sébastien Cazenove, au sein de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Paris, 20 juin 2019 © CSC
A droite, le député Sébastien Cazenove, au sein de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Paris, 20 juin 2019 © CSC

Avec le soutien du ministre de la Transition écologique, François de Rugy, le député Sébastien Cazenove, élu des Pyrénées-Orientales, souhaite que le code de l’urbanisme favorise les panneaux solaires. Le retard français serait amoindri.

L’installation de panneaux solaires se banalise sur nombre de toitures de bâtiments agricoles, logistiques, industriels ou commerciaux des les Pyrénées-Orientales. Ce printemps, le multiplex Mégacastillet de Perpignan a partiellement équipé son parking de larges systèmes inclinés, qui transforment le soleil en électricité. Au passage, les véhicules stationnés profitent de l’ombre. Dans les communes de Théza, Alénya, Trouillas ou Elne, les modèles du genre, opérés par le secteur privé, se multiplient. Sur ce principe concret, le député Sébastien Cazenove s’est positionné jeudi 20 juin. En Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, à Paris, l’élu du territoire a défendu plusieurs amendements sur le projet de loi « Énergie-Climat ». Sa démarche succède à une consultation de’entrepreneurs dans le domaine de l’énergie solaire en Pays Catalan.


Des panneaux solaires sur un maximum de toitures proches des routes

Le député Cazenove, membre de la République en Marche, souhaite accélérer le rattrapage français en matière d’énergies propres. Il a ainsi proposé plusieurs amendements pour libérer le solaire. Il souhaite une « modification du code de l’urbanisme afin d’accélérer le développement de projets photovoltaïques et simplifier l’installation de ces dispositifs sur les ombrières des aires de stationnement, en particulier en lisière des infrastructures routières ». L’obtention de permis de construire pour la production d’énergie solaire devait être assouplie. Ces souhaits reçoivent l’avis favorable du ministre de la Transition écologique, François de Rugy.