ENVIRONNEMENT

L’Etat interdit les douches de plage et remplir les piscines en Roussillon

Le manque de pluie atteint 90 % par rapport à la normale

L’Etat interdit de remplir les piscines en Roussillon
L’Etat interdit de remplir les piscines en Roussillon

Préserver l’eau à l’approche de l’été suscite enfin l’inquiétude de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Un décret en, date de ce 12 juin impose de sévères restrictions.

La saison touristique estivale 2019 sera particulièrement dépensière en eau en Pays Catalan, notamment à partir de la mi-juillet sur le littoral. Pour y faire face, un décret d’exception a été pris par les services de l’Etat, ce mercredi 12 juin. Pour garantir l’eau potable et d’irrigation agricole, la préfecture des Pyrénées-Orientales, en application du code de l’Environnement, limite les usages «non essentiels» en amont du fleuve côtier de l’Agly et sur les nappes de la région Aspres et Réart. La bordure côtière, autour de la Salanque et du Barcarès, et le secteur du Tech, autour d’Argelès-sur-Mer et Elne, sont également concernés. Le remplissage des piscines privées est interdit, tout comme le lavage des véhicules, le nettoyage des terrasses et des façades, le lavage des voiries sauf impératif sanitaire, l’arrosage des pelouses, des rond-points, des espaces verts publics et privés et des jardins d’agrément. Cette mesure, plus dure que les précédentes, comporte aussi l’interdiction d’utiliser les douches de plage, d’arroser l’ensemble des espaces sportifs, les terrains de golf. La préfecture souligne « Au-delà de ces mesures, les utilisateurs sont tous appelés à adopter un comportement responsable et économe en matière d’utilisation de l’eau ».


Éloge du soleil dans les bulletins météo

Ce premier semestre 2019 connaît un manque de pluie proche de 90% par rapport à la normale, une fonte des neiges très précoce et des niveaux bas des nappes phréatiques. Si les dernières averses, dérisoires, ne « permettent pas de compenser ce déficit », la gravité de la situation est éludée par l’éloge du soleil dans les médias centraux, dont la vision touristique s’oppose à la responsabilité écocitoyenne. Les services de l’Etat à Perpignan n’excluent pas des «mesures complémentaires».