POLITIQUE

Louis Aliot veut une alliance avec les pujolistes à Perpignan

La famille Maréchal lance l’association « Alliance pour la France »

Louis Aliot, candidat aux élections municipales de 2020 à Perpignan ©KTO
Louis Aliot, candidat aux élections municipales de 2020 à Perpignan ©KTO

Tout comme Marion Maréchal défendant une union entre le Rassemblement National et la droite classique, Louis Aliot souhaite une alliance semblable à Perpignan. Les municipales de Perpignan, en 2020, pourrait comporter une candidature avec les partisans du maire actuel, Jean-Marc Pujol.

Le candidat du Rassemblement national aux élections municipales de Perpignan, Louis Aliot, estime que les élus et militants « de droite » doivent « accepter la main tendue » de son parti. Cette proposition d’entente vise le scrutin de 2020, lors duquel la droite perpignanaise pourrait présenter le sortant Jean-Marc Pujol, membre du parti Les Républicains (LR), voire un candidat de confiance de ce dernier, de droite classique mais dure, sorti de la manche. Louis Aliot espère des «ententes locales» au niveau général en France, car le résultat des élections européennes a suffisamment affaibli LR pour laisser penser que cette formation, un genou à terre, acceptera de se relever grâce à l’ex-Front National.


Louis Aliot et Marion Maréchal, même combat

Parmi les personnalités du RN, Marion Maréchal dimanche prônait 2 juin, sur la chaîne LCI, une « grande coalition » entre la « droite populaire » et son parti, dont elle s’est éloignée tout en figurant parmi ses membres. Son propre père, Samuel Maréchal, a révélé ce mercredi 5 juin le souhait de fédérer les droites, grâce à une passerelle associative baptisée « Alliance pour la France », qu’il lance avec Arnaud Stephan, ancien conseiller parlementaire de sa fille Marion. Cette structure, qui n’est pas vouée à devenir un parti politique, correspond entièrement aux intentions de Louis Aliot. « Je crois que nous pouvons nous entendre localement, que c’est le souhait des électeurs (...) À Perpignan, comme dans les Pyrénées-Orientales (...) j’espère lancer un mouvement capable de changer les règles du jeu et de redonner le pouvoir aux citoyens de tous les horizons », déclare le député de la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, ce même mercredi, dans le magazine L’Opinion.