SOCIÉTÉ

Vaches des Albères : les chasseurs ont tiré, après le décret préfectoral

Vache et veau de variété "massanesa", la semaine dernière à Montesquieu, Pays Catalan
Vache et veau de variété "massanesa", la semaine dernière à Montesquieu, Pays Catalan
L'accalmie autour de l'affaire des vaches des Albères n'aura duré que quelques jours. En effet, deux bêtes, une vache pleine et un jeune taureau de la variété « massanesa », en totale liberté dans les Albères, ont été abattues mercredi et jeudi dernier par des chasseurs, à deux pas du village de Montesquieu. Ces abattages, autorisés par un arrêté préfectoral du 18 août dernier, courant jusqu'au 31 octobre, provoquant déjà la colère d'une partie des habitants du secteur, suite à l'abatage de 23 bovins, sont à l'origine de nouvelles tensions. Désormais, l'opposition est frontale entre les défenseurs des animaux, soutenus par la SPA qui a promis de porter plainte, et les chasseurs, de plus en plus irrités par ces brouteuses vagabondes qu'ils accusent de dégradations importantes dans les jardins et vignobles. Ce type d'élevage « en liberté » est ancestral dans le massif des Albères, les individus présents étant issus d'un élevage des Albères du sud, proche du hameau de Requesens, situé sur la commune de La Jonquera. Pour l'heure, une véritable trêve pourrait intervenir, les vaches incriminées ayant pris de la hauteur, loin des habitations, pour la période hivernale.