SOCIÉTÉ

Perpignan: des musulmanes contre l’interdiction du port du voile

Un amendement «laïcité» du Sénat provoque de l’inquiétude

© 30 Days Muslims
© 30 Days Muslims

Le projet de loi «Pour une école de la confiance» incommode des mères de familles musulmanes de Perpignan. S’estimant visées dans leur identité, elles bloquent une école du quartier du Vernet, ce jeudi 23 mai.

Le Sénat a voté un amendement interdisant les signes religieux lors des sorties scolaires, mercredi 15 mai. Ce texte, qui prend appui sur la laïcité, a été adopté contre l'avis du gouvernement. Dans les faits et selon le secret public, la religion concernée n’est ni catholique, ni judaïque, mais musulmane. La chambre haute, à majorité de droite, a effectué cet ajout dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi intitulé « Pour une école de la confiance ». L’interdiction des signes religieux ostentatoires vise les mères portant le voile musulman. Ces «collaborateurs occasionnels du service public», devraient s'abstenir de porter tout «signe religieux ostentatoire» à l’occasion des sorties éducatives, indique l’amendement.


Renoncer à la différence et empêcher de vivre

A Perpignan, un groupe de mères de famille proteste ouvertement contre ce projet. Ces accompagnatrices, dont les enfants sont inscrits à l’école Victor-Duruy du quartier du Bas-Vernet, bloqueront l'accès à l’établissement, ce jeudi 23 mai. Leur figure de proue, Kenza Ajaoud, estime que vivre ensemble signifie accepter la diversité. Elle estime que la qualité d’un encadrement parental ne dépend pas d’un voile, et dénonce une société qui les empêcherait de vivre en tant que musulmanes.