SOCIÉTÉ

Les « crudivores » s’organisent en Pays Catalan

Le mouvement « Régénère » défend la consommation de produits crus

Thierry Casasnovas, représentant de  Régénère » © Régénère
Thierry Casasnovas, représentant de Régénère » © Régénère

Une organisation prônant l’esprit « crudivore », reposant sur la consommation exclusive de fruits et légumes crus, prend de l’ampleur depuis le Pays Catalan. Cette association appelée « Régénère » est dirigée par Thierry Casasnovas, religieux de 45 ans.

Parmi les structures vantant la vie proche des éléments, le Pays Catalan compte « Régénère ». Cette organisation « crudivore » défend la consommation de plantes sauvages et fruits et légumes crus, ou « alimentation vivante ». Cette méthode signifie consommer des graines ou des algues, des raviolis de légumes crus et des tartes sans cuisson. Ce mouvement aux contours païens fait l’apologie du soleil, préfère l’eau de mer « isotonique ». Il prévient que sa conduite « ne remplace en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé ». Son représentant légal, Thierry Casasnovas, habitant du secteur d’Amélie-les-Bains, recommande les « meilleures règles hygiéno-diététiques naturelles reconnues parmi les plus efficaces » mais place ses informations « sous la pleine et entière responsabilité de l'utilisateur ». Ce religieux âgé de 45 ans a découvert le crudivorisme en 2011 en Thaïlande. Sa chaîne YouTube dispose de 319 000 abonnés en avril 2019.

Rencontres « au coeur du vivant » pour 2500 personnes

L’étonnante organisation propose au mois de juin les « Rencontres de la Régénération », pour 2 500 personnes, à Saint-Julien-de-la-Nef, dans le département du Gard. Ce même site reçoit de surprenantes « Rencontres de néo-chamanisme », en mai. Des bains chauds et froids, des séances de sauna, des jus et de la nourriture végétarienne sont prévus pour ce séjour de quatre jours dans les arbres ou en tipi. Après avoir fait souche en Pays Catalan, le mouvement du « vivre cru » séduit des adeptes en France, en Suisse, et Belgique, au Maroc et au Québec.

Le crudivorisme, dérive sectaire ?

Le « Rapport d’activité 2016 et premier semestre 2017 » édité par la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) avertit contre certaines pratiques alimentaires associées à une vie plus saine. Le crudivorisme y est cité parmi les nouvelles pratiques qui «représentent un marché très lucratif pour ceux qui savent l’exploiter : stages payants, ventes de produits». Les stages «jeûnes et randonnées» sont soulignés.