ENVIRONNEMENT

Le loup d’Angoustrine est mort de vieillesse

Résultats de l’autopsie par le Laboratoire Départemental d’Analyses des Pyrénées-Orientales

Loup commun © Barnabys Diop
Loup commun © Barnabys Diop

L’autopsie du loup identifié en janvier dans la commune d’Angoustrine, en Cerdagne, ne révèle rien d’autre qu’une mort naturelle.

Le 29 janvier, dans la région de la Cerdagne les agents du service départemental de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) avait été informés de la présence d’un loup près de Villeneuve des Escaldes, hameau de la commune d’Angoustrine. Le canidé avait été euthanasié sur ordre d’un vétérinaire, la maire de la commune, Hélène Josende, soulignant qu’il « semblait inoffensif ». L’autopsie de l’animal, accomplie par le Laboratoire Départemental d’Analyses des Pyrénées-Orientales, sous la supervision de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), a été communiqué vendredi 5 avril par la préfecture des Pyrénées-Orientales. L’on sait désormais que le loup e Cerdagne était âgé de 6 à 10 ans, qu’il était atteint de septicémie et peinait à se déplacer, c’est à dire à chasser pour se nourrir correctement. Son estomac contenant d’ailleurs de la paille et du plastique. Les services de l’Etat à Perpignan précisent que cet animal était « en fin de vie, ce qui peut expliquer qu’il ait cherché à se rapprocher des habitations humaines pour y trouver des restes de nourriture ». Il ne présentait aucun risque sanitaire pour l’homme et les animaux domestiques.