Mort de Jean Abelanet, découvreur du site préhistorique de Tautavel

Le père de l’archéologie du Pays Catalan est décédé à l’âge de 93 ans

Jean Abelanet, archéologue (1925-2019) © ACA
Jean Abelanet, archéologue (1925-2019) © ACA

L’initiateur des premières fouilles archéologiques des Pyrénées-Orientales, Jean Abelanet, est décédé à Rivesaltes. Ce scientifique catholique avait identifié le gisement préhistorique de Tautavel en 1948.

Ce jeudi 21 mars est décédé à Rivesaltes le scientifique et homme d’église Jean Abélanet, à l’âge de 93 ans. Ce pionnier de l’archéologie en Pays Catalan, né dans la même ville le 20 août 1925, dans une famille de viticulteurs, titulaire du baccalauréat en 1944, avait été ordonné prêtre en 1948. La même année, il visitait la Cauna de l’Aragó, dans la commune de Tautavel, et y localisait une présence préhistorique. Sur ces lieux, il a guidé un autre archéologue, Henry de Lumley, et participé au premier chantier de fouilles en 1964. Ce lieu a été révélé en juillet 1971 par la mise au jour du crâne de « L’Homme de Tautavel », vieux de 450.000 ans. L’attribution de cette découverte à Henry de Lumley a effacé la figure de Jean Abélanet aux yeux du grand public, voire de la communauté scientifique.

1er conservateur du Musée de Tautavel en 1978

Jean Abelanet, titulaire dès 1949 d’un Certificat d’Études Supérieures en Préhistoire, était l’initiateur de l’archéologie des Pyrénées-Orientales. Auteur de recherches déterminantes, conservateur du Musée de la préhistoire de Tautavel de 1978 à 1990, ce scientifique d’exception a signé de nombreux ouvrages et articles de référence, parfois sous le nom de « Joan Abelanet », tels « Permanence d’un art schématique dans les Pyrénées-Orientales », « Un site du Néolithique ancien en Roussillon : La Cova de l’Esperit », « Esquisse chronologique de l’Âge du Bronze dans les Pyrénées-Orientales », « Les plus vieilles archives des Pyrénées-Orientales : les roches gravées préhistoriques », « Les couples humains dans l’art schématique des Pyrénées-Orientales » et « Les dolmens du Roussillon ».