Fake homophobie à l’Hôpital de Perpignan et agitation médiatique

Un malentendu est à la source d’une fausse discrimination

Perpignan: Une maman homosexuelle aurait été interdite de suivre son fils aux urgences
Perpignan: Une maman homosexuelle aurait été interdite de suivre son fils aux urgences

A la chaîne, plusieurs dizaines de médias se sont emballés suite à la dénonciation d’une discrimination envers un couple lesbien à l’hôpital de Perpignan. Cette non-affaire est close.

Dimanche 10 mars, un couple de femmes homosexuelles qui s’était présenté au services des urgences de l’Hôpital de Perpignan avec son fils souffrant d’infection urinaire, s’est plaint de discrimination. L’une des deux mamans n’a pas été autorisée à suivre l’enfant, âgé de 3 ans. Cette situation a été dénoncée en gendarmerie et l’avocate du couple lesbien a fait savoir son intention de saisir tribunal administratif. En réalité, le centre hospitalier du Roussillon n’a pas agi par homophobie : « Il semblerait qu’un défaut de communication ou d’explications ait pu laisser penser aux deux mamans qu’il s’agissait d’une discrimination, alors qu’il n’en était rien », a indiqué l’hôpital par communiqué. Et de préciser que « la pratique est en effet de ne laisser qu’un seul parent pour accompagner l’enfant lors de la prise en charge médicale et soignante (...) Cette règle est d’autant plus nécessaire aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Perpignan que les locaux de soins sont relativement exigus ».
Sans le souhaiter, le couple a engagé un emballement médiatique national, mobilisant plusieurs dizaines de médias de tous supports, sur fond de caractère vendeur du sujet. Au final, il s’agit d’une authentique fake news.