POLITIQUE

Les Algériens catalans dénoncent une «mascarade électorale» en Algérie

Le col·lectif franco algérien 66 s’oppose à une nouvelle candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Abdelaziz Bouteflika, président de la République algérienne démocratique et populaire © Entv
Abdelaziz Bouteflika, président de la République algérienne démocratique et populaire © Entv

Le 18 avril se déroulera l’élection présidentielle algérienne. L’approche de cette actualité a ses effets directs à Perpignan, où le  Collectif franco algérien 66 s’exprime sur les conditions d’organisation du scrutin.

L’actualité algérienne et l’augure d’une cinquième candidature du président en poste, Abdelaziz Bouteflika, font largememt réagir la France, malgré l’indépendance du premier des des pays, il y a 55 ans. A Perpignan, le « Collectif franco algérien 66 » a réussi  à mobiliser, mercredi 6 mars. Opposé au dirigeant actuel, il estime que l’échéance du 18 avril est une « mascarade électorale ». Dans un communiqué, son responsable, Farir Mellal, tient à préciser que « jeunes et moins jeunes, Algériennes et Algériens du Pays Catalan ont voulu dire Non à ce système corrompu qui s’accaparent depuis 20 ans tous les pouvoirs et toutes les richesses du pays ». Ancien élu communiste de Cabestany, F. Mellal lance avec finesse : « l’Algérie est un pays riche, dirigé par un système qui l’enferme dans la médiocrité. Nous voulons une Algérie libre, démocratique et populaire ». Le collectif souhaite une Algérie « souveraine », qu’il conviendrait de construire « dans la paix et la dignité ». Mercredi 13 mars, un prochain rassemblement se déroule à 18h, place de la République à Perpignan.