ECONOMIE

La production de salade a chuté de 78% depuis 2000 en Roussillon

Une crise sourde, dans le contexte européen

© Marfruits
© Marfruits
La culture de la salade n'a cessé de dégringoler depuis les années 1990 en Pays Catalan. Entre 2000 et 2018, la surface dédiée s'est repliée de 2200 hectares à 480, équivalant à une chute de 78%.
La culture de la salade a fortement reculé depuis 12 ans en Pays Catalan, selon une étude développée par la Chambre d'Agriculture du Roussillon et le ministère de l'Agriculture, présentée fin novembre. On comptabilisait 1640 hectares dévolus aux scaroles, feuilles de chêne et autres laitues en 2006, contre 480 hectares cette année, soit un volume global divisé par trois. Mais sur la seule période comprise entre 2016 et 2018, ce recul s'est accéléré pour atteindre 25 %. On dénombrait ainsi 49 millions de pieds de salade dans les Pyrénées-Orientales en 2017-2018, soit 10 millions en plein champ et 39 millions sous abris. Les difficultés se sont notamment accumulées l'hiver 2015-2016, marqué par un temps peu clément et par les attentats islamistes de Paris, qui ont restreint le marché. Globalement, cette forte baisse concerne autant les cultures en plein champ, soit 180 hectares dans l'actualité, que les cultures sous serre, évaluées à 300 hectares. Par ordre d'importance, les salades les plus présentes en Pays Catalan sont la scarole, la frisée et la feuille de chêne rouge.

Concurrence européenne et fiscalité française

En 2000, la Chambre d'Agriculture du Roussillon relevait une surface totale de 2200 hectares réservés à la salade. La concurrence intérieure européenne, face à la fiscalité française défavorable, a occasionné une chute impressionnante de 78%. Depuis le début de la décennie 1990, la baisse des surfaces de salades n’a cessé de s’accélérer en territoire français. Cette production, autrefois très majoritaire dans les exploitations maraîchères du Pays Catalan jusqu'à constituer un signe identitaire agricole, subit une mutation sans précédent.