POLITIQUE

Macron récompense Castex, champion du cumul

Le maire de Prades présidera l’Agence nationale du sport

Jean Castex, maire de Prades © Senat
Jean Castex, maire de Prades © Senat
Maire de Prades, président de la Communauté de communes du Conflent, conseiller départemental des Pyrénées-Orientales, délégué interministériel aux Jeux olympiques français de 2024, Jean Castex a été choisi pour présider le conseil d’administration de la future Agence française du sport.
Début octobre, le maire de Prades, Jean Castex, était pressenti comme ministre de l'Intérieur. Mais la nomination de Christophe Castañer à ce poste, abandonné par Gérard Collomb, a éliminé les spéculations entourant le chef de file de la droite aux élections départementales de 2015 dans les Pyrénées-Orientales. Jean Castex, ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée pendant le mandat de Nicolas Sarkozy, a bénéficié des faveurs d'Emmanuel Macron en devenant délégué aux Jeux Olympiques de Paris 2024 en septembre dernier. Ce rôle interministériel octroie à l'intéressé une appréciable marge de manoeuvre, dans une transversalité propre à garantir la confirmation de ses qualités auprès de l'Etat profond.

Administrer le sport

En guise de nouveau signe de confiance de la sphère d'Emmanuel Macron, Jean Castex reçoit la promesse du titre de président du conseil d'administration de l'«Agence du sport », selon une indiscrétion du 7 novembre. Il pilotera cette organisation qui sera lancée en mars 2019 sous l'autorité de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Ladite agence soutiendra le sport de haut niveau et sa pratique, en associant l’Etat, les institutions territoriales, les sportifs et les entreprises. Le budget de cet outil d'administration avoisinera 350 millions d’euros.

Le cumul de cinq fonctions

Bien qu'à la fois conseiller départemental, maire de Prades, président de la Communauté de Commune du Conflent, délégué aux J.O. français et bientôt président de l'Agence du Sport, Jean Castex, haut fonctionnaire de métier, semble devoir conserver cet étonnant cumul de fonctions, intégralement financées par la force publique. Cette addition de cinq casquettes échappe encore à la connaissance des médias traditionnels et des organismes scrutateurs d'anomalies en matière d'éthique politique et para-politique.