SOCIÉTÉ

Le Pays Catalan compte 1,5% de chasseurs

La fédération départementale souhaite défendre sa « passion »

© Miscellaneous TGP
© Miscellaneous TGP
On dénombre 7000 chasseurs dans les Pyrénées-Orientales, soit 1,5% des habitants. Le monde de la chasse souhaite modifier son image en insistant sur son rôle dans la préservation de la biodiversité.
Du Capcir à la Côte Vermeille, la fédération départementale de chasse des Pyrénées-Orientales a célébré l’ouverture générale de la chasse, dimanche 9 septembre. Cette structure vouée à accompagner les chasseurs dans leur activité et à défendre leurs intérêts, anime une « communauté cynégétique » forte de 7000 membres, soit 1,48% des habitants du territoire. « Médias et grand public sont plus que jamais attentifs à la manière dont nous exerçons notre passion », affirme la fédération, pour laquelle la chasse « est revenue aujourd’hui sur le devant de la scène ». En effet, au niveau public, Emmanuel Macron a annoncé fin août la baisse de 200 euros du permis national de la chasse, dans le cadre d'une réforme favorable aux désirs de la Fédération nationale des chasseurs (FNC).

Une cible électorale pour l'Etat, la région et le département

Pour modifier la perception générale à leur égard, les chasseurs du Pays Catalan revendiquent leur implication dans la restauration des zones humides, la sauvegarde de la biodiversité et la protection des habitats de la faune sauvage. Ils constituent une cible électorale, choyée par la présidence de la République, tandis que le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, la région Occitanie et le Crédit Agricole assurent le financement de leur fédération, dont les bureaux sont installés au sein de la Maison de classe et de la nature, avenue Jean Giraudoux, à Perpignan, près du quartier du Moulin à vent.