ENVIRONNEMENT

Des canicules à 42° à Perpignan dès 2050

Le climatologue Frédéric Hourdin redoute l'avenir climatologique

© LST
© LST
Une vague de grosses chaleurs concerne les Pyrénées-Orientales, mais la météo des décennies à venir pourrait être pire selon Frédéric Hourdin, climatologue au CNRS. Des maximales de 42°C sont envisageables à Perpignan ou Caudiès-de-Fenouillèdes dès le milieu du siècle.
L'épisode de canicule qui affecte actuellement une partie de l'Europe, pour la deuxième fois de la saison estivale, rappelle l'événement climatique de 2003. L'été le plus chaud depuis 1947 avait alors produit des températures exceptionnelles sur une longue durée, quasiment tout le mois d'août en Méditerranée. Une température historique de 38,2°C avait été relevée à Perpignan, talonnée par les 37,6¨C relevés le 4 août 2017. Les conditions thermiques de l'été en cours font dire au climatologue Frédéric Hourdin « Dans 30 ans, si on n’agit pas sur le climat, on aura des étés plus chauds que celui de 2003 ». Interrogé le 30 juillet par la chaîne BFMTV, ce membre du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a annoncé « des étés de plus en plus chauds avec de plus en plus de risques d’incendies ». Selon ce chercheur, à partir de 2050, les étés ordinaires seront comparables à celui de 2003 et les étés caniculaires « seront encore beaucoup plus chauds », ce qui exigera « des politiques d’adaptation assez fortes si on veut tenir avec ça ».

En Pays Catalan, la région du Fenouillèdes, ou encore l'intérieur de la plaine du Roussillon, déjà livrés à des chaleurs estivales parfois insupportables, pourraient connaître des températures passagères de 41 ou 42° dès le milieu du siècle.