SOCIÉTÉ

Les prostituées de Catalogne s'unissent en syndicat

Une première sociétale, afin de protéger les travailleuses du sexe

 Paula Ezkerra, représentante des prostituées sud-catalanes au sein du syndicat IAC © ACN
Paula Ezkerra, représentante des prostituées sud-catalanes au sein du syndicat IAC © ACN
Pour faire valoir leurs droits, éviter l'exploitation sexuelle et mieux exister dans la société, des prostituées de Catalogne du Sud se sont structurées au sein d'une organisation syndicale. L'une d'elles, Paula Ezkerra, affirme : « Une pute syndiquée est une pute dotée de pouvoir ».
Les prostituées de Catalogne du Sud peuvent désormais faire valoir leurs droits auprès d'un organisme ad hoc. Cette structure, présentée lundi 23 juillet à Barcelone, est une section de l'Intersyndicale Alternative de Catalogne (IAC), liée à la fonction publique catalane et au secteur ferroviaire. Une dizaine de travailleuse sexuelles ont récemment adhéré au IAC, une première en territoire espagnol. Parmi leurs revendications, ces prostituées exigent que leur activité soient reconnue comme un métier ordinaire. Elles souhaitent une profession normalisée et espèrent que le IAC accompagne cette conquête sociale. « Une pute syndiquée est une pute dotée de pouvoir », assure Paula Ezkerra, représentante de ce collectif d'un nouveau genre. « Le fait qu'un syndicat reconnu par l'Etat nous considère comme des collègues, des travailleuses, est un pas en avant énorme, c'est un triomphe », a-t-elle ajouté, lors d'une conférence de presse.

Reconnaître la prostitution pour protéger les prostituées

L'une des dirigeantes du IAC, Mireia Herrero, annonce la mise en place d'une étude visant à savoir si la société considère la prostitution comme un travail. La réponse espérée étant globalement positive, le syndicat espère pouvoir faire respecter les droits fondamentaux à l'égard des professionnelles du sexe tarifé et faire engager de grandes stratégies publiques de lutte contre l'exploitation sexuelle.