POLITIQUE

Carles Puigdemont aura un bureau à Barcelone

L'ex-Président catalan séjourne depuis le printemps dernier en Allemagne

Carles Puigdemont, exprésident du gouvernement catalan / ACN
Carles Puigdemont, exprésident du gouvernement catalan / ACN
L'ex-Président de la Catalogne, Carles Puigdemont, en séjour forcé à Hambourg, aura ses bureaux et ses services à Barcelone, dans les jours qui viennent, malgré sa situation particulière.
L'ancien président catalan, Carles Puigdemont, destitué par la justice espagnole au printemps dernier, reste un acteur politique. Exilé selon le point de vue indépendantistes, fugitif selon les espagnolistes, le leader souverainiste a quitté la Catalogne en mars afin d'échapper à la justice espagnole. Incarcéré le même mois en Allemagne, libéré en avril, il a organisé son secrétariat à Hambourg. En mai, il orchestrait sa succession depuis cet exil germanique, en provoquant l'élection de Quim Torra, à la présidence de l'institution de gouvernance catalane multiséculaire, fondée en 1359.

Des bureaux à Barcelone pour un président à l'étranger

Très prochainement, Carles Puigdemont disposera de services à Barcelone, selon le Journal Officiel de la Generalitat de Catalunya de vendredi 13 juillet. On y lit la nomination du professeur Josep Lluís Alay comme responsable du « bureau de l'ex-président Carles Puigdemont ». Le personnel, les événements protocolaires, les relations presse, les visites et voyages de l'ex-Président seront coordonnés par cet historien. Cette représentation sera inaugurée prochainement à Barcelone, mais le retour de Carles Puigdemont est incertain. La justice allemande a autorisé son extradition le 12 juillet, mais l'ex-Président peut déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe. Le dispositif légal en vigueur en Catalogne du Sud et en Espagne rend possible cette étrange situation selon laquelle un gouvernement en fonctions, celui de la Generalitat, peut financer l'action d'un ex-président poursuivi par la justice espagnole en raison de l'organisation du référendum sur l'indépendance, le 1er octobre 2017. Cette consultation soutenue par le gouvernement catalan a été désapprouvée et poursuivie par le gouvernement espagnol.