ENVIRONNEMENT

Un ver invasif géant dans les jardins du Pays Catalan

Venu du Vietnam, le bipalium kewense colonise les terres

Spécimen de ver « bipalium kewense » © Picssr
Spécimen de ver « bipalium kewense » © Picssr
Le ver bipalium kewense, venu du Cambodge et du Vietnam, est signalé dans les Pyrénées-Orientales. Cet animal à corps plat est dangereux, car il mange les vers autochtones.
Certaines zones cultivables des Pyrénées-Orientales voient se multiplier un envahisseur étonnant, le ver plathelminthe terrestre, qui menace la biodiversité. Sa variété « bipalium kewense » se nourrit de vers de terre autochtones, indispensables à nos sols. Cet hermaphrodite, classé parmi les « Espèces exotiques envahissantes » (EEE), n'ayant pas de prédateur sous nos latitudes pourrait tuer les espèces propres aux territoires grâce à la neurotoxine qu'il produit, 500 fois plus forte que le cyanure. Cet animal au corps plat et à la tête en forme de marteau n'est pas dangereux pour l’humain, mais sa rapide reproduction inquiète, car une portion de son corps se détache à l’arrière chaque semaine. Ce morceau devenant un adulte, un seul spécimen peut coloniser toute une région.

Un ver venu du Cambodge et du Vietnam

La présence du bipalium kewense est un effet de l'accélération de la mondialisation des échanges. Lisse et un peu gluant, ce ver pouvant mesurer jusqu'à 40 cm, pour une largeur de 1,5 cm, semble être arrivé dans nos jardins au travers des transports de plantes depuis l’hémisphère Sud. Originaire du Vietnam et du Cambodge, il a élu domicile peu avant l'an 2000 dans un vaste secteur qui inclut le Pays Catalan et le Pays Basque, jusqu'au département des Alpes-Maritimes. Ses principaux ennemis sont le froid hivernal et la chaleur estivale. Pour éliminer ce ver, il est nécessaire de l'écraser intégralement.