Logo
nuvols_parcials11º
Barcelona
nuvols11.7º
Girona
nuvols7.8º
Perpignan
pluja
Toulouse

Jeudi 13 décembre 2018. 11:02h
publicitat



Vidéo

Le Canigó en VTT par la cheminée, 2018

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   


Syndication


Actualité


Politique
Affirmation du Président catalan destitué, depuis la prison de Neumünster

Incarcéré en Allemagne, Carles Puigdemont ne se rendra pas

Lundi 2.4.2018. 05:00h
Une semaine après son incarcération à la prison de Neumünster, dans le Nord de l'Allemagne, le Président catalan destitué, Carles Puigdemont, réaffirme sa détermination face à l'Espagne : « je ne me retirerai pas face aux agissements illégitimes de ceux qui ont perdu par les urnes ».

Le président catalan destitué, Carles Puigdemont, placé en détention à la prison allemande de Neumünster depuis le 25 mars, a affirmé sa détermination, samedi 31 mars : « Je ne fléchirai pas, je ne renoncerai pas, je ne me retirerai pas face aux agissements illégitimes de ceux qui ont perdu par les urnes, ni face à l'arbitraire ». L'ancien maire de Girona a ajouté « je ne me rendrai pas » et viralisé cette phrase sur Internet, sous l'intitulé anglophone « No surrender ». Carles Puigdemont se considère « comme un prisonnier politique et, en tant que tel, est parfaitement disposé à endurer ce qui conviendra », assurait pour sa part l'un de ses avocats, Jaume Alonso-Cuevillas. L'ex-président lance un « appel à l'unité de tout le souverainisme » catalan et remercie le « soutien » reçu de la part de nombreuses personnes qui se déplacent jusqu'à Neumünster, dans le Nord de l'Allemagne.

« Des prisonniers politiques, libres d'esprit »

Le 21 mars, à l'Université d'Helsinki, Carles Puigdemont avait évoqué le référendum sur l'indépendance de la Catalogne, organisé le 1er octobre 2017 malgré l'interdiction de l'Etat espagnol. Estimant qu'il s'était agi du « début d'une nouvelle ère, sans retour possible », il avait observé que ce vote s'était illustrée par la « dignité populaire » et la « barbarie policière », ordonnée par le gouvernement espagnol. Dans un autre message, ce dimanche 1er avril, l'intéressé affirme « six mois après le 1er octobre, nous, Gouvernement de la Catalogne, sommes des prisonniers politiques, mais libres d'esprit ».

Carles Puigdemont, président destitué du gouvernement catalan © Chatham House
Carles Puigdemont, président destitué du gouvernement catalan © Chatham House








publicitat

Commentaires


Aucun commentaire sur cet article



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT
some rights reserved   generalitat