SOCIÉTÉ

Hausse de 36% du nombre de morts sur la route en 2017 en Pays Catalan

Le drame routier, d'abord sur les routes départementales

© Préfecture des Pyrénées-Orientales
© Préfecture des Pyrénées-Orientales
L'année dernière a plus meurtrière que les autres dans les Pyrénées-Orientales, soit 36% de progression par rapport à l'année précédente. L'alcool et la drogue sont en cause dans 42% des cas, la vitesse dans 16% des cas.
Les statistiques de la sécurité routière pour 2017 en Pays Catalan ont été dévoilées le 21 mars par la préfecture des Pyrénées-Orientales,au Pôle Santé Travail de Perpignan. Ces chiffres signalent une année marquée par une augmentation de la mortalité sur les routes, soit 32 morts auxquels s’ajoutent les 6 victimes de l’accident d'autocar scolaire survenu à Millas le 14 décembre. Ces 38 décès sont à comparer aux 28 identifiés en 2016. Le 22 mars, les services de l'Etat à Perpignan relevaient par communiqué un « net relâchement des comportements » et estiment la situation « inacceptable, alors que le nombre de tués sur les routes diminue dans le même temps sur l’espace métropolitain ».

Les routes départementales tuent davantage

Entre 2016 et 2017, le nombre d'accidents routiers, au sens général, a augmenté de 7% sur le territoire, particulièrement sur les routes départementales. Ce réseau de 2153 km est le plus long et le plus fréquenté du Pays Catalan. La préfecture des Pyrénées-Orientales observe une forte hausse de la mortalité dans la large tranche d’âge 8-35 ans, soit 21 disparus, hors accident de Millas. La recrudescence est également « élevée chez les séniors », soit 7 décès l'année dernière. En matière de causes, 42% des accidents mortels sont liées à la consommation d’alcool et de stupéfiants, 19% à la perte de contrôle des véhicules et 16% à la vitesse. En 2017, la gendarmerie a relevé 72 736 infractions en Pays Catalan, dont 37 823 pour la vitesse.