POLITIQUE

Louis Aliot monte au sein de l'appareil FN

Le chef de l'opposition à Perpignan espère élargir sa base pour 2020

Louis Aliot © NextRadioTV
Louis Aliot © NextRadioTV
Le candidat du Front National à la mairie de Perpignan en 2020, Louis Aliot, est élu à la tête du Conseil national de son parti. Il espère rallier à sa candidature municipale des élus des Républicains, sous la nouvelle bannière « Rassemblement national ».
Le congrès du Front National, organisé à Lille samedi 10 et dimanche 11 mars, a comporté une montée du chef de l'opposition municipale de Perpignan dans l'appareil du parti. Alors que Marine Le Pen était réélue au poste de présidente auquel elle seule concourait, son compagnon Louis Aliot est parvenu en tête des suffrages du conseil national, anciennement appelé « Comité central », Le député des Pyrénées-Orientales a devancé ses concurrents Steeve Briois, Nicolas Bay, David Rachline et Bruno Gollnisch, parmi 400 candidats. Cette victoire de l'Occitan semble cependant due à l'absence de Marion Maréchal-Le Pen, éloignée de la formation d'extrême droite. En 2014, la petite-fille Le Pen avait en effet dépassé Louis Aliot.

Le « Rassemblement national » candidat à la mairie de Perpignan

Le congrès dit de « refondation » du Front National a été l'occasion de rebaptiser le parti en « Rassemblement National », afin de faciliter des alliances électorales. Louis Aliot, candidat officialisé aux prochaines municipales de Perpignan, a déjà réalisé un score de 45% au second tour de 2014. Pour 2020, il souhaitait, en novembre dernier, pouvoir « bâtir des majorités communes » avec Les Républicains du très droitier Laurent Wauquiez. Au regard de certains vases communicants observés en Pays Catalan, l'intéressé affirmait lundi 12 mars que ces alliances naîtraient de « la base » et non pas des « états-majors (...) enfermés dans des logiques d'appareils ».