Logo
sol10º
Barcelona
nuvols_parcials10.4º
Girona
nuvols_parcials13º
Perpignan
nuvols
Toulouse

Lundi 10 décembre 2018. 10:55h
publicitat



Vidéo

Le Canigó en VTT par la cheminée, 2018

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   


Syndication


Actualité


Economie
Paris s'engage pour ne construire que la moitié de la ligne

L'Etat se limite au TGV Béziers-Montpellier et Perpignan reste en marge

Samedi 29.4.2017. 22:00h
La ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan, seul chaînon manquant de la grande vitesse du réseau nord-sud européen, fait l'objet d'un engagement partiel de l'Etat. Dans les années qui viennent, seule la portion Béziers-Montpellier sera construite.

La réalisation de la ligne à grande vitesse Perpignan-Montpellier se déroulera en deux étapes, selon un courrier transmis à la préfecture de la région « Occitanie », autour du 20 avril, par le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. L'unique chaînon manquant de la grande vitesse le Nord de l'Europe et le Sud de l'Espagne sera d'abord construit entre Montpellier et Béziers, à l'issue d'une enquête publique attendue pour le premier semestre 2018. Cette portion de ligne sera mixte, c'est-à-dire prévue pour le transport de voyageurs et de marchandises. Aucune date n'est encore communiquée en matière d'ouverture des chantiers, mais l'Etat signale par là son engagement, en confirmant le classement en Projet d'Intérêt Général du tracé Perpignan-Montpellier. Le principe de la ligne semble devoir être réel, mais les délais constituent une inconnue.

Un projet sans aucun budget

Le financement  ce bout de ligne Montpellier-Béziers n'est pas encore acquis, à telle enseigne que le gouvernement a chargé l’Inspection Générale des Finances et le Conseil Général de l’environnement et du développement durable de trouver de l'argent. Cette initiative administrative est vouée à déterminer, dans le courant de cet été, les modalités de financements de cette étape et les parts assumées par chacun des partenaires.

Au delà, la réalisation de la portion Perpignan-Béziers, soit une centaine de kilomètres, reste sans calendrier. La présidente de la région « Occitanie », Carole Delga, estime que le fait de « phaser » les travaux doit « accélérer la réalisation de la ligne, d’abord jusqu’à Béziers, puis à Perpignan ».

gare à grande vitesse de Perpignan © La Clau
gare à grande vitesse de Perpignan © La Clau








publicitat

Commentaires


Aucun commentaire sur cet article



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT
some rights reserved   generalitat