POLITIQUE

Au Barcarès, J.F. Copé choisit ses mots pour supprimer les Départements

Jean-François Copé - Le Barcarès,  samedi 18 octobre 2008
Jean-François Copé - Le Barcarès, samedi 18 octobre 2008
La suppression des Départements français a jalonné le discours du président du groupe UMP de l'Assemblée Nationale Jean-François Copé, samedi au Barcarès, en présence de 2000 adhérents de son parti. Ce projet, prôné par le Rapport Attali dévoilé en janvier 2008, vise notamment à rendre plus lisible la carte administrative française, sur fond d’harmonisation européenne. Face à des dizaines d’élus de son parti, dont Daniel Mach, député-maire de Pollestres et membre du collectif « Jamais sans mon département », donc opposé à la fin des Départements, M. Copé a ainsi évoqué une significative « réforme » des Départements et des Régions, suivie de l’idée de « regrouper » ces deux entités territoriales, uniques en Europe, héritées de la Révolution française après inventaire monarchique. M. Copé, évitant ainsi le terme de « suppression », a obtenu l'assentiment général d'une vision qui ne séduit guère à gauche et rend Nicolas Sarkozy dubitatif tout en attirant l’adhésion de François Bayrou. En Pays Catalan, l’absence du Département, présidé par le socialiste Christian Bourquin, conforterait la Communauté d’Agglomération Méditerranée, pilotée par l’UMP Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan.