POLITIQUE

Carole Delga élue présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avec 89 voix

La droite et le centre n'ont présenté aucun candidat

Carole Delga accède à la présidence de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Toulouse, 4 janvier 2016 © Région LRMP
Carole Delga accède à la présidence de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Toulouse, 4 janvier 2016 © Région LRMP
La première présidente de la nouvelle grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Carole Delga, a été choisie par 89 conseillers régionaux sur 158, ce lundi 4 janvier. L'élue a mis en avant le «grand Languedoc».
La cérémonie d'intronisation de la première présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées s'est déroulée sans grands imprévus, ce lundi 4 janvier. Carole delga, membre du Parti Socialiste âgé de 45 ans, a accédé dès le premier tour à la présidence au travers du vote des conseillers régionaux, qui lui ont réservé 89 voix, sur un ensemble de 158 sièges. Cette victoire attendue a cependant comporté l'abstention de quatre conseillers du Front de Gauche (PG) languedociens, qui reprochent le cumul des mandats de C. Delga et de la désormais première vice-présidente régionale, Sylvia Pinel, ministre du logement, membre du Parti Radical de Gauche (PRG). Parmi les élus, réunis à l'ancien conseil régional de Midi-Pyrénées, 40 ont porté leurx voix sur la candidate du Front National, France Jamet, tandis que le groupe du centre et de droite formé par Les Républicains, le Mouvement Démocrate (Modem) et d'Union des Démocrates et Independants (UDI) n'a pas présenté de candidat et a exprimé un vote blanc.

Le «grand Languedoc»

Dans son allocution de prise de fonction, Carole Delga a rendu hommage à Georges Frêche, ancien président du Languedoc-Roussillon, qui prônait en 1974 la fondation d'une grande région comme celle qui est née ce 1er janvier 2016. A ce titre, la présidente a évoqué «Toulouse et sa façade Méditerranée» puis cité les villes de Perpignan et Montpellier, avant de commettre l'erreur historique et géographique d'un «grand Languedoc», mis à bas par l'existence du Pays Catalan.