POLITIQUE

Régionales 2015 : quatre nouvelles listes dans la bataille

Présentation de la liste «Debout la France» dans les Pyrénées-Orientales, 4 novembre 2015 © Debout la France
Présentation de la liste «Debout la France» dans les Pyrénées-Orientales, 4 novembre 2015 © Debout la France
L'UPR, CDC, Nouvelle Donne et Debout la France signalent leur participation aux élections régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon. Ces candidatures s'ajoutent à celles de LR-UDI, du PS-PRG, du FN, d'Europe Ecologie-Front de Gauche et des Citoyens du Midi.
Le scrutin régional des 6 et 13 décembre dans la nouvelle grande région Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon comportera cinq candidatures considérées comme principales. Dominique Reynié pour les Républicains et l'UDI, carole Delga pour le PS et le PRG, Louis Aliot pour le FN, Philippe Saurel pour les Citoyens du Midi et Génard Onesta, pour Europe Ecologie et le Front de Gauche, se sont déclarés. Un débat radiophonique réunira ces seuls postulants, le 12 novembre, mais de nouvelles offres politiques interviennent. Le parti Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan a choisi Damien Lempereur comme chef de file régional, et Sébastien Ménard comme premier représentant dans les Pyrénées-Orientales. La liste complète, présentée ce mercredi 4 novembre, comprend Yola Gueguen, ancienne membre du Front National, présidente de la mutuelle ACTSO 66, Luc Moliner, ancien candidat aux municipales d’Espira de l’Agly et ingénieur du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), la retraitée Solange Fage, l'élu au Conseil Régional des Jeunes de la région Languedoc-Roussillon, Lucas Laffite, également arbitre de rugby en Fenouillèdes. Cette offre souverainiste est complétée par Sandra Marcel, secrétaire comptable, Dominique Marlin, retraité de l'administration pénitentiaire, Anne Gonot-Bernard, engagée dans le social, retraitée de l'Education nationale et Guy Pauchet, retraité et artiste de son actif. On y retrouve l'étudiante Océane Melmoux, l'ancien ingénieur d'affaires et écrivain Marc-Philippe Nanquette, la retraitée de la Sécurité Sociale Thérèse Barnole, ainsi que Daniel Gable, retraité de la police nationale, Chantal Vilas, employée de commerce et Jean-Pierre Rodier, ancien cadre d’une entreprise multinationale. Autre formation souverainiste, l'Union Populaire Républicaine (UPR) participe aussi, sous la houlette de Blandine Urbanski.

CDC et Nouvelle Donne iront aussi

Parti de territoire, Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) livrera la bataille en partenariat avec l'Alliance Ecologiste Indépendante (AEI), afin de couvrir les 13 départements de la nouvelle entité régionale. Cette candidature défendra le département des Pyrénées-Orientales, «voué à disparaître à moyenne échéance», nous détaille la direction du parti centriste, qui aura Alexis Abat pour tête de liste départementale. Parmi les nouveaux entrants dans le scrutin, Nouvelle Donne, parti fondé à Paris en 2013, promet  la «1ère région de la participation citoyenne». Cette formation de gauche souhaite «100% d'énergies renouvelables» et promeut le slogan «égalité, diversité fraternité». Avec Michel Chastaing comme leader dans les Pyrénées-Orientales, elle présente son programme «Indignez-vous avec Nouvelle Donne», dans les communes, sur les thèmes «Quel avenir économique pour le Roussillon ?» et «Comment vivre mieux aux alentours de Perpignan». Etrangement, l'intitulé de son site de campagne «Nouvelle Donne occitanie» exclut l'appendice catalan du nouveau périmètre géographique.
«Nouvelle Donne» fent campanya a Tuïr, Rosselló, 28 d'octobre de 2015 © Nouvelle Donne