SOCIÉTÉ

La police tire près de la prison de Perpignan

Centre pénitentiaire de Perpignan / DR
Centre pénitentiaire de Perpignan / DR
Un incident impliquant un ancien détenu a invité la police à tirer, ce mardi matin aux abords du centre pénitentiaire de Perpignan. L'individu venait de projeter des objets à l'intérieur, car les filets de protection n'entourent pas toute l'enceinte de l'établissement.
Un homme identifié alors qu'il projetait un colis suspect par dessus le mur d'enceinte de la prison de Perpignan a essuyé les tirs de la police de l'air et des frontières, ce mardi 27 octobre en matinée. L'individu, qui n'a pas été blessé, est un ancien détenu de la même prison, qui surpris en pleine tentative de livraison illicite. Après avoir foncé sur la police et pris la fuite, il a été interpellé par les gendarmes à bord de son véhicule  sur la route qui longe l'établissement, la route départementale 900, à proximité de la commune de Toulouges. Sa voiture recelait plusieurs autres paquets contenant des téléphones portables et de la résine de cannabis, supposément destinés à des détenus.

Le terrain de sports est trop accessible

En août dernier, l'introduction de cannabis au centre pénitentiaire de Perpignan s'est illustrée à l'occasion d'une fouille en règle révélée par le syndicat UFAP/UNSA Justice. En mai 2013, ce même syndicat déplorait une «Pluie de téléphones portables». Pour sa part, en novembre 2014, le Syndicat Local Pénitentiaire Force Ouvrière de Perpignan (FO) a dévoilé la présence d'héroïne. L'autorité pénitentiaire a suivi ces constats, en inaugurant, fin septembre 2014, un filet le long des murs Sud de l'établissement, parallèlement à la D900. Selon FO, cet équipement de 200.000 euros doit être prolongé tout autour de la prison, pour la rendre hermétique à toute intrusion d'objets et de substances. Le terrain de sport, où la présence des pensionnaires est très régulière, es notamment accessible aux projections.