CULTURE

La «Dent de Tautavel» dévoilée au public pour la première fois

La dent «Arago 149» © Denis Dainat
La dent «Arago 149» © Denis Dainat
Le plus vieux reste humain découvert en France et en Catalogne, la dent «Arago 149» sera présentée au public, pour la première fois, les 19 et 27 octobre.
La dent d’un adulte vieille de 550.000 ans découverte le 23 juillet à Tautavel, au Nord du Pays Catalan, s'apprête à être dévoilée au public pour la toute première fois. Le Centre européen de préhistoire de Tautavel la présentera sur place les 19 et 27 octobre. Le contexte et l'importance de la découverte de cette dent humaine baptisée «Arago 149» seront décrits par les archéologues du site. La fabuleuse trouvaille, oeuvre d'un jeune couple de bénévoles lors de la dernière campagne de fouilles, comporte un «retentissement mondial», selon le centre, car elle est datée de 100.000 ans de plus que l'Homme de Tautavel. A l'exception de la mandibule de Mauer, découverte en Allemagne en 1907, datée autour de 600.000 ans, les fossiles humains rattachés à cette époque sont extrêmement rares. La présentation sera une opportunité « exceptionnelle d'en savoir plus sur les plus anciens hommes qui ont parcouru nos régions».

La 3D et l'ADN vont faire parler la dent

La dent de Tautavel, une incisive, est intacte, mais la mandibule liée n'a pas encore été identifiée. Les chercheurs espèrent trouver trouver cet élément ainsi que d'autres dents dans les années à venir. Pour l'heure, les études envisagées concernent la détection d'ADN à la racine de l'objet, où se trouvent les nerfs. Cependant, une incisive est moins riche en informations qu'une molaire ou une prémolaire, car elle a moins évolué au cours des temps géologiques. Cette étape permettrait de définir le sexe et d'éventuelles pathologies de l'individu. Un passage au micro-scanner et à l'imagerie 3D, plus certain, doit permettre de nettoyer virtuellement la dent, d'en étudier l'email et l'usure. Les résultats éclaireront probablement sur l'alimentation de l'ancêtre.