SOCIÉTÉ

Dans les Albères, abattage de vaches d'une espèce menacée

Vaches "fagines" ou "massanaises" dans les Albères
Vaches "fagines" ou "massanaises" dans les Albères
L’abattage de 23 vaches errantes, selon l’arrêté préfectoral du 18 août dans les Albères du Nord pourrait soulever une problématique liée à la biodiversité. En effet, les bovins, qui proviendraient d’un élevage du hameau de Requesens, dans les Albères du Sud, appartiendraient à l’espèce unique dite « fagina » ou « massanaise », au caractère vigoureux, dont les individus robustes, de taille modeste et issus de croisements vieux de plus de 200 ans, ont toujours imposé la prudence aux éleveurs et aux populations, la crainte actuelle relevant ainsi d’une nouvelle mentalité. Etant réduites à 300 têtes, dépourvues de statut de race officielle mais dotées de caractéristiques constantes, dont des cornes courtes et fines, ces vaches menacées font office de débroussailleurs et garantissent une activité économique pérenne au Sud. L’arrêté de la Préfecture des Pyrénées-Orientales, qui court jusqu’au 31 octobre, stipule l’abattage de ces vaches, en concertation avec les élus et les exploitants agricoles « pour des raisons de sécurité et salubrité publiques », le bétail visé pouvant être porteur du virus dit de « la langue bleue ». Les services de l’Etat indiquent avoir pris contact au Sud pour que les éleveurs « assument leurs responsabilités ».