POLITIQUE

Une étude prévoit la majorité absolue indépendantiste à Barcelone

Diario Público, Madrid, 4 septembre 2015 © Diario Público
Diario Público, Madrid, 4 septembre 2015 © Diario Público
Une étude reposant sur les sondages et la projection des derniers résultats électoraux donne 73 sièges sur 135 aux indépendantistes, au Parlement de Catalogne.
La longue série de sondages électoraux sur la souveraineté de la Catalogne publiée depuis 2012 donne une majorité de résultats légèrement favorables, plus que défavorables. En octobre 2014, le grand journal barcelonais La Vanguardia jaugeait l'indépendantisme politique à 46%, avec 16% d'indécis et 38% d'opposants. Comparée aux études précédentes, la poussée souverainiste semblait connaître une érosion. Mais un nouveau sondage a été publié ce vendredi 4 septembre par le quotidien espagnol Público, selon la configuration du scrutin explosif du 27 septembre prochain. Le bloc indépendantiste constitué par la liste unitaire «Junts pel Sí» et les Candidatures d'Unité Populaire obtiendrait 73 sièges au Parlement de Catalogne, soit 60 députés d'un côté et 13 de l'autre. Cette chambre comportant 135 sièges, la majorité absolue serait acquise aux partisans d'une Catalogne scindée de l'Espagne.

«Eleccions molt polaritzades»

Dans le camp opposé à l'indépendance, le parti Ciutadanos obtiendrait 20 à 21 sièges, contre 16% pour la liste «Catalunya Sí que es pot», inspirée des Indignés et du parti Podemos, créditée de 16 sièges. Le Parti Socialiste de Catalogne en obtiendrait 11 et le Parti Popular, au pouvoir à Madrid, limiterait son impact en Catalogne à 11 ou 12 parlementaires. Público fonde ses calculs sur la projection des précédents sondages et des résultats des élections municipales de mai dernier. A l'approche d'un scrutin dont la valeur de référendum façon «oui ou non» devient notoire, ce journal basé à Madrid souligne sur on ton affirmatif «avec un record de participation, la sécession réunira 186.000 voix supplémentaires et les espagnolistes gagneront 200.000 voix, lors d'élections très polarisées».