ENVIRONNEMENT

Arrachage public de plantes exotiques en Roussillon

Arrachage de griffes de sorcière, Torreilles, Roussillon © Mairie de Torreilles
Arrachage de griffes de sorcière, Torreilles, Roussillon © Mairie de Torreilles
Pour retrouver l'authenticité de son paysage côtier, la commune de Torreilles élimine les doigts de sorcières, plante invasive venue d'Afrique du Sud, mais plantée par l'Homme. Cette démarche nouvelle s'inscrit dans un tourisme moins artificiel.
L'été 2015 est le premier, depuis plusieurs dizaines d'années, sans griffes de sorcières sur la bordure littorale de la commune de Torreilles. La plante invasive introduite dans les années 1970, depuis l'Afrique du Sud, a été adoptée sur la côte catalane, où elle s'est inscrite en abondance dans certains paysages. Certaines municipalités ont succombé à un tourisme facile, avec le décor factice fourni par cette espèce robuste de la famille des Carpobrotus, aux couleurs vives, reconnue depuis comme colonisatrice de la Méditerranée. Torreilles, qui défend sa différence par rapport à ses voisines, souhaite promouvoir  son label éco-touristique en encourageant des opérations bénévoles d'arrachage de griffes de sorcières. Une démarche identique a été appliquée en 2013 au cap de Creus, car les plantes exotiques masquaient l'authenticité des lieux. Les limites de cette politique restent inconnues, car les espèces étrangères, dont les lauriers roses ou les palmiers, sont présentes en force dans le décor touristique des Pyrénées-Orientales.

Arrachage de griffes de sorcières, Torreilles, Roussillon

Exemplar de carpobrotus-edulis © Prota 4