SOCIÉTÉ

Corrida et subventions: la FLAC s'énerve à Perpignan

© Col·lectiu antiespecista de Perpinyà
© Col·lectiu antiespecista de Perpinyà
Le soutien financier aux corridas de la ville de Millas, par le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales et de la région Languedoc-Roussillon, est dénoncé par le principal front anti-taurin des Pyrénées-Orientales.
L'arrivée de la féria de Millas, qui figure parmi les deux seules du Pays Catalan avec celle de Céret, énerve le Front 66 des Luttes pour l'Abolition des Corridas (FLAC 66). La tauromachie s'ajoutant à l'anti-tauromachie tous les ans à pareille époque, l'association nous confirme sa mobilisation, dimanche 9 août, contre des spectacles «sanglants» réservés à «quelques amateurs». Elle condamne le «massacre» de six taureaux et dénonce le financement, par l'argent public du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales et de la Région Languedoc-Roussillon, à hauteur de 70.000 euros.

Le soutien de la ministre

Les militants de la FLAC 66 réprouvent aussi la présentation majestueuse de la féria de Millas, le 30 juillet, au Palais des rois de Majorque de Perpignan. Ce teaser s'est d'ailleurs déroulé loin de l'oeil médiatique parisien, mais avec la présence appuyée de la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville. Il y a tout juste un an, la FLAC 66 critiquait déjà les corridas payées par le contribuable.