SOCIÉTÉ

COP21 : les chevaliers du climat passent par le Pays Catalan

Coup d'envoi du «Tour Alternatiba pour le climat», Bayonne, Pays Basque, 5 juin 2015 © Alternatiba
Coup d'envoi du «Tour Alternatiba pour le climat», Bayonne, Pays Basque, 5 juin 2015 © Alternatiba
Ils préfèrent les solutions venues d'en bas aux décisions imposées d'en haut : les tenants de l'esprit «Alternatiba» interpellent les populations, en amont de la conférence de l'ONU sur le climat, attendue en décembre à Paris. Dès vendredi 12 juin, il entrent en Pays Catalan.
Une caravane apolitique de militants de la cause environnementale planétaire, parfaitement différenciée d'Europe Ecologie-Les Verts, a entamé le «Tour Alternatiba pour le climat». Cette initiative visant 5000 km à vélo, partie de Bayonne vendredi 5 juin, est attendue à partir de vendredi 12 juin dans les Pyrénées-Orientales. Dynamique et souriante, elle s'inscrit dans le lobbying pour la planète, en amont de la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21), rendez-vous international organisé par l'ONU du 30 novembre au 15 décembre. En Pays Catalan, le parcours débutera par Latour-de-Carol, avant un passage le lendemain par le col du Puymorens et Targasonne. De la Cerdagne au Conflent, la commune de Vinça sera ralliée dimanche 14 juin à l'occasion d'une journée festive sur le lac, autour du thème «De l'eau pour tous et pour le territoire ?». Perpignan et Calce seront rejoints lundi 15 juin, avant un départ pour le Languedoc, le lendemain.

Mobiliser les institutions

Les organisateurs du Tour Alternatiba souhaitent «Changer le système, pas le climat», en sensibilisant la population par l'action concrète, car ils préfèrent les solutions venues d'en bas aux décisions imposées d'en haut. Alternatiba, mouvement à forte esthétique du Pays Basque, où il est apparu en 2013, se veut aiguillon environnemental. Une représentation a vu le jour en juin 2014 à Perpignan, dans l'espoir de mobiliser les citoyens et acteurs institutionnels vers les défis climatiques. L’un de ses responsables, Sylvain Guérin, sympathisant de Greenpeace, souhaite interpeller le Conseil général des Pyrénées-Orientales, l’Agglomération Perpignan Méditerranée ou encore les intercommunalités et toutes les mairies du territoire, sur la question «êtes-vous prêt à tenir des engagements pour porter la transition de manière positive ?».