SOCIÉTÉ

La corrida est éjectée du patrimoine immatériel français

© Feria Valladolid
© Feria Valladolid
Selon un arrêt pris le 1er juin par la cour administrative d'appel de Paris, la tauromachie avec mis à mort de l'animal disparaît de la liste des pratiques culturelles immatérielles françaises, qui contient plusieurs fêtes corses et basques.
La pratique de la tauromachie avec mise à mort de l'animal a été retirée de la liste d'éléments relevant du patrimoine culturel immatériel de la France, lundi 1er juin. Selon un arrêt rendu par la cour administrative d'appel de Paris, «la décision d'inscription de la corrida à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être considérée comme ayant été abrogée» par le ministère de la Culture. La cour avait été saisie par les associations Comité Radicalement Anti Corrida (CRAC) et Droits des Animaux, dont les sollicitation avaient été rejetée le 3 avril 2013, en première instance, par le tribunal administratif de Paris.

La corrida, incluse sur la liste en 2011, reste légale en France, mais elle ne figure plus aux côtés du fest-noz breton, du Cantu in paghjella corse ou de la dentelle au point d’Alençon. Ces pratiquent relèvent du patrimoine immatériel selon les critères de l'Unesco, qui évalue les classements établis par les Etats avant de procéder à sa propre sélection.