ECONOMIE

Chômage record : Céret 16,4%, Perpignan 15,6%

 Taux de chômage dans le bassin de Céret, au 1er trimestre 2012 au 3ème trimestre 2014 © Direccte
Taux de chômage dans le bassin de Céret, au 1er trimestre 2012 au 3ème trimestre 2014 © Direccte
La spirale du chômage n'est pas enrayée en France pas plus qu'en Languedoc-Roussillon et dans les Pyrénées-Orientales. Les chiffres publiés le 15 décembre par la Direction du travail rendent compte de situations historiquement hautes dans le bassin de Céret, deuxième zone la moins performante de l'ensemble régional. Pour sa part, Perpignan affiche la plus forte hausse de chômage régionale en un an.
Les nouveaux taux de chômage par bassins d'emploi dans les Pyrénées-Orientales signalent une funeste progression. Ces pourcentages sont trimestriels, à la différence des chiffres bruts de Pôle emploi, publiés mensuellement. Le 15 janvier, la Direccte a publié les taux au 3ème trimestre 2014, mis à jour le 22 janvier par l'Insee. Les zones administratives de Prades, en hausse de 1% pour atteindre 12,8 %, et Céret, en progression de 0,9%, soit  16,4%, sont celles qui "voient le taux de chômage croître le plus" pour l'ensemble de la Région, en seulement trois mois. Perpignan limite la casse avec 0,5 %, mais son taux, à 15,6 %, devient important. Alors que la moyenne régionale s'établit à 13,9% pour 0,4 % de hausse, le bassin de Céret, qui inclut le Vallespir, les Albères et la Côte Vermeille, établit une contre-performance historique que seul dépassent, au niveau régional, les 18 % d'Agde-Pezenas. La Dirrecte relève pour le bassin de Perpignan l'une des "plus fortes hausses de chômage" en un an, soit 0,6 %, à égalité avec celui de Prades.

Encore un record régional en Pays Catalan

Selon le critère plus général des taux des chômages départementaux publiés à la même date par la Direccte pour le 3ème trimestre 2014, les résultats restent peu enviables. La France métropolitaine affiche un taux de 9,9 %, le Languedoc-Roussillon présente 14,3 % et son département le moins favorisé, les Pyrénées-Orientales, détiennent un taux de 15,5 %. Le comparatif de l'ensemble des données départementales n'étant pas encore disponible, le triste record national établi en août 2014 n'est pas confirmé.