Langue

Un homme de 44 ans, détenu à la maison d’arrêt de Perpignan, s’est donné la mort, dans sa cellule, dans la nuit de lundi à mardi. Selon une source judiciaire qui ne précise pas les conditions exactes de ce suicide, ce Normand, originaire de Caen, condamné et incarcéré plusieurs fois, avait fait l’objet d’une arrestation à Perpignan en septembre 2008 au motif de violences avec arme en récidive. D’après Dominique Alzéari, vice-procureur de la République de Perpignan, le détenu devait purger une peine de prison prolongée. Une information judiciaire est ouverte pour déterminer les causes de la mort, à laquelle une autopsie imminente devrait apporter des éléments. Le 22 janvier, lors d’une visite au centre pénitentiaire de Perpignan, le secrétaire national du syndicat FO-Pénitenciaire Christophe Marquès s’était ému des conditions de surpopulation de l’établissement, plus dures que jamais, en évoquant une « situation très tendue » et rappelé sans hésitations que le taux de suicides dans les prisons du territoire français est le plus fort d’Europe, bien qu’une réduction de la surpopulation ne constitue pas une panacée au problème.

Partager