Langue

La ligne à Très Haute Tension (THT) entre le Roussillon et l’Empordà énerve le président du Collectif Anti-THT, Jean-Jacques Planes, qui a saisi, ce vendredi, la Commission Nationale du Débat Public, qui encadre le lancement prochain, depuis l’Espagne, du creusement du tunnel international nécessaire au projet. Celui-ci, dont 1 km sera percé en territoire espagnol pour 7 km en territoire français, sous le massif des Albères, est prévu 150 mètres à l’Est du tunnel du TGV. Selon le leader anti-THT, la filiale d’EDF, Réseau de Transport d’Electricité (RTE), en charge des travaux, a reçu la norme « ISO 14000 », qui impose un « respect de l’environnement (…) et des activités de chantier ». M. Planes signale une norme « totalement inconnue » en territoire espagnol et avertit, car le creusement du tunnel de la Ligne à Grande Vitesse, achevé fin 2007 a révélé des décalages entre ouvriers français et espagnols, soumis respectivement à un volume de travail de 35 et 47 heures hebdomadaires. Pour M. Planes, ce chantier avait produit des « manquements très importants à la sécurité des personnels », et une « pollution d’un cours d’eau voisin ». Selon lui, RTE esquive la réglementation française, « plus contraignante au niveau de l’origine des salariés et de leurs conditions de travail ».

Partager