Langue

Une affaire inédite éclabousse le beau monde de la justice sud-catalane, après que le parquet de Barcelone ait requis hier la condamnation du doyen des juges de la ville, José Manuel Regadera, à 9 mois de prison pour l’agression de sa femme, notaire, Maria Rosa Igay, qui écope elle-même de 7 mois et demi d’incarcération pour avoir frappé son mari. Cette violence mutuelle, vraisemblablement par une infidélité conjugale du mari, n’a cependant pas provoqué de lésions graves pas plus que d’hématomes. L’échange de coups, survenu jeudi soir au domicile du couple, à Barcelone, est curieusement apparu sur la place publique, dès hier, après que l’épouse, jalouse et dans tous ses états, ait téléphone directement à la police catalane, les Mossos d’Esquadre. M. Regadera, âgé de 52 ans, apparu égratigné à la joue lors de son audience, a été élu à son poste en 2008, présenté par la très conservatrice Association Professionnelle de la Magistrature, a épousé en novembre dernier sa femme accusatrice. La justice a procédé toute la journée d’hier à l’interrogatoire des époux, dont le jugement est prévu pour septembre.

Partager