Langue
La Clau
Saint-Estève : l’Etat casse la subvention à l’opérateur culturel Boitaclous
Langue

Le remue-ménage médiatique relayé par l’action de l’Etat a eu raison de l’attribution hâtive, par la mairie de Saint-Estève, au Nord de Perpignan, d’un marché culturel à l’opérateur Boitaclous. Les Journaux du Midi révèlent en effet ce mercredi la rétractation du maire PS de la ville, Elie Puigmal, suite à une intervention préfectorale du 3 août, au titre de la « légalité des marchés publics ». Sont visés le choix porté sur Boitaclous ainsi que la prise en charge de 900.000 euros pour l’organisation clefs-en-main de 90 spectacles, au détriment d’un concurrent, Anim’Passion, qui reviendrait moins cher. Par crainte de l’amplification de l’affaire, M. Puigmal vient cependant de lancer ses avocats sur le dossier, au même moment où Boitaclous en mobilise un seul. Les deux parties, désormais ennemies, préservent ainsi leurs intérêts, la première dans un cadre politique strict, l’autre dans le domaine de l’entreprise, la programmation à présent annulée prévoyant à l’origine le déménagement complet, de Perpignan vers Saint-Estève, des soirées Boitaclous, traditionnellement proposées dans la capitale du Pays Catalan. La ville accueillera cependant la première soirée de l’opérateur de spectacles, officiellement association loi 1901, le 1er octobre, en compagnie du chanteur Bernard Lavilliers.

Partager