Langue

Après l’interpellation, lundi 15 décembre, du maire et conseil général de Saint-Cyprien Jacques Bouille, par ailleurs président de la communauté de communes Sud Roussillon, de son épouse Antoinette et de trois autres personnes dont un adjoint de la Ville, Marc Blasco, sur fond d’achats d’œuvres d’art invisibles, survient un rebondissement de misère. En effet, jeudi dernier, deux jours après une perquisition au domicile du maire, alors que les recherches s’activaient dans la commune les enquêteurs ont découverte trois statuettes de style africain dans un terrain clôturé, propriété de la famille du Dr Bouille, sur lequel leurs recherches s’étaient portées. Outre corroborer le soupçon de « détournement de biens publics aggravé » qui pèse, parmi une longue liste de griefs judiciaires, sur le maire esthète, le conditionnement à peine croyable des objets, vulgairement enveloppés dans des bourses en plastique et posés au sol, pourrait signaler une panique ayant présidé à leur destin. Une certaine agitation aurait été observée peu avant l’interpellation du maire, certaines œuvres d‘art acquises légalement par la ville ayant été subrepticement déplacées.

Partager

Icona de pantalla completa