Langue

Suite à une décision adoptée mercredi matin par la cour d’appel de Montpellier, l’ancien maire de Saint-Cyprien, Pierre Fontvieille, dont le mandat-éclair, du 2 au 10 juin, a précédé l’incarcération au centre pénitentiaire de Perpignan, puis une mise sous tutelle préfectorale de la ville, a retrouvé la liberté ce jeudi après-midi. M. Fontvielle, directeur d’une agence bancaire de la ville voisine de Canet, fait l’objet d’une mise en examen pour détournement de biens publics, prise illégale d’intérêt, complicité de trafic d’influence et blanchiment aggravé. Au total, l’élu aura séjourné 22 jours au centre pénitentiaire de Perpignan, dans le cadre d’une demande expresse de M. Jean-Pierre Dreno, procureur de la République de Perpignan, et des deux juges en charge de l’affaire de corruption multiple qui secoue Saint-Cyprien. L’ancien numéro 2 de l’ex-maire Jacques Bouille, décédé par suicide le 24 mai, se voit cependant interdire l’accès à tout local municipal de la ville, notamment la mairie. Lui est également proscrit tout type de contact avec les autres personnes mises en examen dans le cadre des affaires, déclenchées le 15 décembre 2008. Pierre Fontvieille avait été élu pour la première fois au conseil municipal de Saint-Cyprien en 1989, en concurrence avec Jacques Bouille, qu’il avait rapidement rejoint.

Partager

Icona de pantalla completa