Langue
La Clau
Perpignan: un braquage à la bijouterie Paulignan rappelle le meurtre de 1988
Langue

Un braquage, survenu à Perpignan ce mercredi, a ravivé de mauvais souvenirs pour bon nombre d’habitants de la ville, spécifiquement du centre-ville. Vers 11h30, la bijouterie Jean Paulignan a reçu la visite indélicate de deux individus qui ont procédé à un violent braquage de l’établissement, situé rue des Augustins. Visiblement jeunes, agissant à visage découvert, les deux malfrats ont violenté et aspergé de gaz lacrymogène l’employé et gérant du commerce, avant de subtiliser la caisse et une quantité indéterminée de bijoux. A l’issue de cette attaque, qui n’a pas dépassé deux minutes de durée, les deux braqueurs se sont enfuis en courant et évaporés dans les rues de la ville. La police nationale a déclenché une enquête judiciaire, dans laquelle le réseau de vidéo-surveillance de la Ville de Perpignan pourrait trouver une pertinence déterminante.

Il y a 22 ans, le bijoutier Jean Paulignan, l’un des spécialistes du grenat catalan, a du faire face à un drame, produit au sein de ce même établissement, parmi les deux qu’il possède en Pays Catalan. Le 23 août 1988, vers 10h, plusieurs coups de feu avaient en effet retenti dans la même bijouterie, lors d’une attaque à main armée spectaculaire et meurtrière. Deux policiers présents sur les lieux, Claude Marty et Marc Pierre, avaient succombé à leurs blessures, tandis que deux de leurs collègues, Robert Crouzet et Mathieu Riera, avaient été blessés, et traumatisés. Tous les ans, une cérémonie d’hommage est organisée au commissariat de police de Perpignan, suivie d’une messe dédiée aux policiers disparus.

Partager