Langue

Une vaste opération policière appuyée par quatre imposants fourgons de CRS, soit une centaine d’hommes, s’est déroulée ce mardi de 7h à 9h dans le quartier Saint-Jacques de Perpignan. Stationnés directement sur la place Cassanyes, les effectifs déployés ont procédé à une sécurisation des lieux qui a provoqué un calme absolu, jusqu’à plusieurs centaines de mètres, en contraste avec le fourmillement de vie habituel. Cette action policière portant sur une recherche de stupéfiants a débouché sur l’arrestation de trois trafiquants, dans la rue Llucia, qui réunit l’essentiel de l’activité commerciale du quartier. Aux alentours de 9h, c’est dans un simple véhicule immatriculé dans le département de l’Hérault que cinq agents discrets ont quitté les lieux, avant le départ des véhicules positionnés sur un angle de la place, qui accueille traditionnellement le plus grand marché de Perpignan, a marqué les esprits, voire même inquiété. La plupart des nombreux commerces du quartier sont d’ailleurs restés fermés jusqu’à une heure avancée de la matinée lors de cette opération, sur un théâtre nouveau. Désormais achevée, la démolition des baraques du marché de la place Cassanyes, qui avait débuté semaine dernière, offre désormais un nouveau panorama sur les lieux, partiellement désertés par les commerçants et clients. La présence de force de police a ainsi été d’autant plus remarquée sur la place en chantier, où tas de sable et sol défoncé côtoient stands de vêtements à bas prix et fruits et légumes de saison. A l’origine, le maintien des baraques de la place, assorti de son embellissement, était défendu par l’ancien maire de Perpignan, Jean-Paul Alduy, puis son successeur, Jean-Marc Pujol, a souhaité faire table rase, pour favoriser la perspective. La démolition a été engagée en dépit de réactions contraires d’une partie des commerçants, d’habitants et d’usagers, notamment ralliés sur une pétition et groupe Facebook.

Partager

Icona de pantalla completa