Langue

La flambée épidémique se confirme dans les Pyrénées-Orientales, où le taux d’incidence atteignait 421,71 cas pour 100 000 habitants, ce jeudi 2 décembre, selon les données fournies par l’Agence régionale de la Santé “Occitanie”. La nouvelle envolée de la pandémie présente désormais un niveau supérieur à la moyenne nationale, située à 343 ce même jeudi soir. Pour le Pays Catalan, la vitesse et le degré de l’actuelle contre-performance révèlent que la cinquième vague de Covid-19 est plus intense que les deux dernières.

En matière d’hospitalisations, 120 personnes sont actuellement traitées dans le territoire, dont 10 en réanimation. Un décès supplémentaire a été signalé ce même jeudi, tandis que le nombre total de disparus des suites de la pandémie s’établit à 435 depuis le printemps 2020. On dénombre 479 réanimations au total depuis le début de l’épidémie et 1869 personnes guéries après hospitalisation, ce qui correspond un taux de guérison de 74.9 %.

Omicron dans les eaux résiduelles de Barcelone dès la mi-novembre

L’arrivée inexorable du variant Omicron, identifié dans plus de 30 pays, dont la France, est signalée dans les eaux résiduelles de Barcelone. La compagnie des eaux Agbar a informé le 30 novembre que son système d’analyses “Covid-19 City Sentinel” a détecté, dès la mi-novembre, une souche de la nouvelle version mutante du SARS-CoV-2. Le procédé “City Sentinel”, implanté dans 100 villes du territoire espagnol, permet d’établir la situation pandémique correspondant à 13 millions de personnes.

Scientifiquement appelé B.1.1.529, ce variant déclaré officiellement pour la première fois en Afrique du Sud comporte un “degré d’infection supérieur”, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Mais sa gravité reste une interrogation. “Ce variant pourrait être une bonne nouvelle”, assure le virologue belge Yves Van Laethem, selon lequel Omicron n’entraînerait pas de situations graves, de sorte qu’il pourrait permettre d’effacer le variant Delta.”Un variant moins virulent remplacerait l’autre et permettrait aux non-vaccinés de s’immuniser de manière bénigne”, garantit ce médecin.