Langue

Le complexe solaire géant de Perpignan, en cours d’installation sur les toitures du Marché International Saint-Charles, accuse un sérieux de réalisation. Initialement attendu pour la fin de cette année, ce projet doit assurer jusqu’à 20% des besoins de la ville, dans ce qui configure la plus grande centrale photovoltaïque européenne. Mais ce chantier de longue haleine se heurte à une étape administrative intitulée « Propositions Techniques et Financières ». La centrale en construction depuis plus d’un an, pour une production de 9 MW fournie par les toits du Pôle Économique Saint-Charles, doit être complétée par une deuxième tranche, qui concerne les toits des hangars du marché, pour une production de 10 MW. Cependant, les travaux de cette seconde centrale, dont le démarrage était attendu pour ce mois de mai, sont entravés depuis plusieurs mois, et leur lancement devra attendre 2012. Le retard est imputable à un long délai exigé par le procédé d’appels d’offres, imposé par la réglementation. La société Solaire France, chargée des travaux, espère une simplification de la procédure, afin de mener à bien un projet qu’elle cite en exemple flatteur dans sa communication commerciale.

Cette réalisation, dotée d’un financement de près de 50 millions d’euros, devrait devenir fonctionnelle en 2013. Au total, une surface de 85.000 m2, soit 35 bâtiments, s’ajoutera aux 12 bâtiments des entrepôts de Saint-Charles International, soit 70.000 m2, déjà équipés. Cette super-centrale solaire doit symboliser la nouvelle décennie perpignanaise, placée sous les auspices d’une mutation géographique confortée par l’ouverture de la ligne TGV, dans près de 18 mois.

Partager