Langue

Producteur musical, compositeur de musiques pour le cinéma, la télévision et la pub radio, auteur pour sa pomme, Pau Vallvé est sûrement un prodige : il n’est pas populaire, il travaille énormément et il est toujours là où on ne l’attend pas. Né à Barcelone en 1981, mini-batteur en 1984, plongé dans le solfège en 1987 puis dans ses premiers groupes dès 1991, Vallvé va vite. Un temps aux Beaux Arts, il a surtout étudié la production sonore. Son parcours s’est éclairci en 2004 avec un album de post-rock chanté en anglais : Pau s’appelle alors « OAK », mais, en 2006, il choisit le pseudo « Estanislau Verdet » pour le concept-album « Un que de tan llest és tonto i un que de tan tonto és llest », traduisible en « Tellement éveillé qu’il devient idiot, tellement idiot qu’il en devient éveillé », en référence au handicap de l’intellect dans la jungle sociale. La voix, la musique et les textes sont minimalistes, la posture enfantine est plaisante, le disque vieillit bien. On retiendra le tube radio « Per fer país, insultem en català » qui invite à faire la promo de la langue catalane par insanités interposées. Pas bête ! Le clip du titre met en scène des poitrines de tous âges, fait le tour du monde, subit la censure de Youtube en Asie, et confirme le succès : Vallvé jugule Internet, anime un enchevêtrement de sites et de blogs en prenant la tangente face à une variété catalane qui mime les normes européennes.

Même alternatif, un plan marketing reste un plan marketing

Peu avare de changements, Pau Vallvé vit actuellement son acte III sous le nom « U_mä », en duo avec sa nouvelle petite copine, Maria Coma… En direct de leur appartement avec terrasse, les tourtereaux signent les textes, les musiques et même les sites web liés à l’album, sorti en décembre 2007 et téléchargeable gratuitement à la façon de Radiohead. Le ton bucolique est troublé par un riff déchirant comme un orage d‘été, puis c’est le Nocturne n°1 de Chopin qui arrive sur fond de pluie et de sirène d’ambulance… L’art de la mise en boucle est à son paroxysme et Pau joue de tout : piano, guitare, basse, batterie, xylophones qui évoquent inévitablement Pascal Comelade… Il programme, il chante avec Maria, il produit, il promeut, tellement sûr de lui qu’il peut se permettre un changement de nom en actualisant sa vie comme un logiciel évolutif. Bien sûr, ce pied-de-nez aux plans marketing des artistes formatés est un plan marketing en soi, mais le miel de l’affaire est parfumé de senteurs profondes lorsque Pau, sans toujours succomber aux rythmes binaires, évoque la laideur, l’amour qui dure ou pas et la nostalgie du présent qui est déjà passé. Lorsque, sur l’un de ses sites, il s’autoproclame « Petit génie catalan », on a envie d’y croire, à l’image d’un Dalí brouilleur de pistes, conforté par background béton.

Références album : U_mä (Pau Vallvé) – « U_mä » – 2007 – Error! – http://www.myspace.com/pauvallve

Partager