Langue
La Clau
« Patrimonis » à Perpignan : un Salon d’Automne d’art restauré
Langue

Perpignan renoue avec son pays à travers une exposition inédite d’une soixantaine d’oeuvres restaurées, échelonnées du 13e au 19e siècles, créées sur des bois polychromés, des toiles, papier, métaux et textiles. Ces oeuvres multiséculaires, issues des lieux saints du Pays Catalan, sont échappées du Centre de conservation et de restauration du patrimoine du Conseil général des Pyrénées-Orientales, dont elles constituent une rétrospective de l’activité menée depuis 1998. Unique en territoire français, ce temple de la rénovation historique abrite la passion de maîtres en restauration d’oeuvres, contemporaines du Royaume de Majorque pour les plus antiques, toutes issues d’un territoire chargé en créations populaires aux antipodes de l’art moderne par leur caractère évident, ancré dans les mémoires, parfois sans importance en vertu de leur banalisation voire de leur utilité concrète : croix processionnelle de Nohèdes en bois sculpté et polychromé du 17ème, ou Saint Ignace de Loyola, huile sur toile du 17e siècle prélevée après un incendie à Sorède, Dévôt-Christ de Perpignan, soieries et broderies… L’ensemble est rajeuni au millimètre par le travail d’orfèvres d’artistes, dont une majorité féminine, installés dans le hangar moderne du Centre de conservation, installé avenue de Milan, dans le quartier Saint-Assiscle de Perpignan. Attaché à la restauration du patrimoine, ce centre, dirigé par Jean-Bernand Mahon, conservateur des Antiquités et Objets d’Art des Pyrénées-Orientales, fait également oeuvre de promotion en sortant les oeuvres de leur contexte originel et en leur offrant un lifting qui restitue au mieux leur période, souvent la Renaissance catalane, sans effets superflus. La jouvence s’accompagne d’éventuelles sorties avant restitution au milieu « naturel » des villes et villages du pays, voire parfois de rase campagne. Il en sera ainsi pour le Misteri du couronnement d’épines de Catllar, du 18ème siècle, du Couronnement des saintes Eulalie et Julie, huile sur toile du 17è, prochainement rendue à Cases de Pène, et pour l’ensemble des oeuvres présentées. Une soixantaine est en ville, le reste est disponible à nos yeux toute l’année, dans les régions du Conflent, du Vallespir, de la Cerdagne, et vers la marenda, pour les ex-votos, louanges marins peints, en marge des installations chic, peut-être trop urbaines pour durer. En version pédagogique, une série d’interventions intitulées « Un jour, une oeuvre » sont proposées tous les jours à 16h en présence d’un restaurateur, qui présente l’histoire d’une oeuvre et celle de sa restauration. Lundi 6 octobre, on suivra ainsi la Cadireta de Saint Pierre dels Forcats, du 17ème siècle, puis son contemporain « Saint Antoine à l’Enfant » de Millas, mercredi 8, ou encore la Statue de Notre-Dame des Anges de Collioure vendredi 10.

Exposition « Patrimonis », Perpignan, Palais des rois de Majorque jusqu’au 16 novembre 2008 et Chapelle Notre-Dame des Anges jusqu’au 10 janvier 2009.

Partager

Icona de pantalla completa