Langue

A la fin de l’année dernière, pendant plus de deux mois, Emmanuelle Seigner s’est rendue à la prison suisse de Winterthur pour rendre visite au cinéaste Roman Polanski, son époux, une heure par semaine, le dimanche. Parfois avec ses enfants, le plus souvent seule. Cette période n’avait rien de dingue. Elle en parle comme d’une « épreuve cauchemardesque ou kafkaïenne ».

« Dingue », le premier album en français de la petite fille de Louis Seignier, illustre sociétaire de la Comédie française, était prévu en novembre 2009. Il s’agissait pour Emmanuelle de s’affirmer comme chanteuse à part entière, de s’affranchir un peu de l’étiquette de comédienne et d’effacer l’image de « femme de ». L’arrestation de Roman Polanski en Suisse a contrarié ses plans.

Après une carrière de mannequin débutée à l’âge de 14 ans sur les podiums des plus grands couturiers, Emmanuelle Seigner, née en 1966, est révélée au public dans le film de Jean-Luc Godard « Détectives ». Elle rencontre ensuite Roman Polanski sur le tournage de « Frantic » en 1988 et se marie un an après avec lui. On la voit ensuite dans « Lune de fiel » du même Polanski, « Place Vendôme » de Nicole Garcia ou « La Môme » d’Olivier Dahan. Mais il lui manque quelque chose.

En 2007, Emmanuelle Seigner se lance enfin dans la chanson, sa seule vraie passion. Elle rejoint Ultra Orange, groupe de rock français pointu, et chante en anglais dans un album pop rock, influencé par le Velvet Undergound. Un album tout simplement intitulé « Ultra orange et Emmanuelle », qui rencontre un vrai succès critique. Le pari est réussi pour cette fan de David Bowie, Mick Jagger et Lou Reed. Le titre « Don’t kiss me goodbye » figure même sur la bande originale de « Le scaphandre et le papillon » de Julian Schnabell.

Célébrité, fantaisie et mélancolie

Avec ce deuxième album, Emmanuelle Seigner pensait n’avoir à parler que de musique. Face à la pression médiatique de l’automne dernier, elle renonce au lancement du disque. C’est pourtant son mari, encore en détention, qui l’a poussée à ne pas trop retarder la sortie de « Dingue ». Une fois libéré, mais assigné à résidence, Roman Polanski se réfugie dans son chalet de Gstaadt en Suisse. Emmanuelle et lui sont épiés H24 par ce qu’elle appelle « la meute », des dizaines de journalistes et de photographes qui guettent les faits et gestes du couple. Pendant plusieurs semaines, elle fuit les médias, en Suisse ou en bas de son appartement à Paris, allant même jusqu’à donner un coup de casque à caméraman et porter plainte contre plusieurs journaux qui ont publié des photos de ses deux enfants.

Passé Noël retombe l’émotion, la comédienne sort de son silence et accepte les interviews, dès janvier 2010. Pour parler de son disque, elle est obligée de revenir sur les ennuis judiciaires de son mari. Sans doute desservie par les soutiens et les déclarations encombrantes de certains intellectuels ou du Ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, l’artiste préfère simplement observer que « la justice suisse fait son travail ». Elle est en revanche beaucoup plus diserte quand il s’agit d’évoquer « Dingue », un album nettement plus pop et aérien que le premier, composée par Keren Ann, accompagnée du parolier Dorand.

Les 11 chansons manient l’humour, la fantaisie et la mélancolie. Elles évoquent tour à tour la célébrité « Le jour parfait », la jalousie dans « Jamais d’autres que toi », ou la séduction, dans l’excellent « Femme fatale ». « Dingue » comporte aussi un duo qui fera forcément parler. Dans « Qui êtes-vous ?», Emmanuelle chante avec Roman Polanski. Il lui a donné son premier rôle au cinéma, elle lui donne, à ses 76 ans, sa première chanson.

Emmanuelle Seigner accomplit aussi un rêve en chantant avec Iggy Pop, une de ses idoles, dans « La dernière pluie ». La Catalogne est aussi à l’honneur avec « Alone à Barcelone », son morceau préféré, joyeuse balade pop.

« Dingue » ne change évidemment rien au quotidien d’Emmanuelle et Roman Polanski. Pour que le couple se voie, elle doit continuer de se rendre en Suisse, mais cet album redonne de l’énergie et de l’envie à la comédienne devenue chanteuse, qui ne se cachera plus, plusieurs dates étant prévues pour la promo.

« Dingue » Emmanuelle Segnier – sortie le 8 fevrier 2010 – Sony Music.

Partager