Langue
La Clau
Olivier Ferrand, adjoint à Thuir: « Strauss-Kahn, incapable de crime sexuel »
Langue

Le plus parisien des élus des Pyrénées-Orientales, bien qu’absent depuis de long mois du territoire, s’est exprimée ce lundi au sujet de l’affaire Strauss-Kahn. Olivier Ferrand, adjoint à l’économie et à l’urbanisme auprès du maire socialiste de Thuir, René Olive, a défendu, ce dimanche et ce lundi, celui dont il a été le proche conseiller. Après avoir déclaré « C’est juste impossible que ça se soit passé comme ça » sur la chaîne BFMTV, quelques heures après le déclenchement des événements judiciaires qui entourent le prétendant à la primaire du PS, M. Ferrand a enfoncé le clou. Ce lundi, il affirmait sur le site Liberation.fr « Pour l’avoir beaucoup cotoyé, les faits relatés sont inconcevables, j’en suis intimement convaincu. Je connais la psychologie de Dominique, il est toujours d’humeur égale, je ne l’ai jamais vu élever la voix, il est incapable d’être violent, incapable de commettre un crime sexuel. Entre un séducteur et un criminel sexuel, il y a un océan ».

Créateur du think tank Terra Nova, pourvoyeur d’idées fraîches pour le compte du parti de Martine Aubry, Olivier Ferrand pourrait voir par ailleurs sa carrière politique prendre un tournant, en cas d’éloignement définitif de Dominique Strauss-Kahn de la politique française. Artisan du concept d’élections « primaires », inspiré du système démocratique américain, cet ancien candidat aux élections législatives de 2007 sur la 4ème circonscription du Pays Catalan, reste sonné, voire bouleversé. La diffusion d’images montrant Dominique Strauss-Kahn menotté, s’apprêtant à effectuer un séjour en détention, n’est pas de nature à rassurer l’élu, pour lequel le Roussillon reste désormais bien lointain.

Partager