Langue
La Clau
Nouvelle révolte à Villeneuve-de-la-raho contre les antennes d’Orange
Langue

La commune de Villeneuve de la raho résume la crainte envers les ondes de téléphonie mobile. Entre 1998 et 2007, son château d’eau a reçu une forêt d’antennes, en surplomb d’habitations et de l’école communale. L’association Un Mât pour les Ondes (UMPLO) a obtenu en 2017 le retrait de 17 de ces systèmes d’émission, employés par les opérateurs Bouygues Telecom et SFR. Ces dispositifs ont déménagé sur un pylône planté dans les secteurs de la Devèse et de la Prada, à plusieurs centaines de mètres. Sur cette dernière zone, l’opérateur Free les a rejoints. Mais Orange a maintenu trois antennes sur le réservoir d’eau. Entre temps, la ville a connu des cancers, des maux de tête, de la fatigue chronique et des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Cette année, l’inquiétude renaît, car la mairie reconduit Orange pour une durée de 12 ans.

Besoin d’argent pour expulser Orange

L’association UMPLO repart au combat pour «déloger du château d’eau» l’opérateur historique. Elle appelle au soutien financier afin de mener des démarches auprès du Tribunal administratif. La crainte est accentuée par l’arrivée de la téléphonie 5G, probablement en 2021. Cette technologie facilitatrice en matière de mobilité et d’objets connectes induit des effets sanitaires incertains. Son rayonnement se traduit par une exposition aux ondes supérieure à l’actuelle. De son côté, Orange estime que les trois antennes visées sont indispensable en termes de qualité de service. Cet argument n’est pas employé par ses concurrents.

Partager