Langue

Joëlle Ferrand, maire de la commune côtière du Barcarès, a reçu cette semaine une invitation à comparaître devant le tribunal correctionnel de Perpignan, le 27 avril prochain, dans le cadre de présumés arrangements municipaux. L’élue UMP devra en effet répondre de l’aide généreuse fournie par sa Ville dans l’intérêt, supposé exclusif, d’un pêcheur de la commune, moyennant un dragage effectué à l’intérieur du port, pour un coût de 27.000 euros, officiellement présenté comme un bénéfice pour la collectivité. Joëlle Ferrand, 45 ans, a succédé à son époux Alain en 1999 à la tête de la ville, avant d’être réélue haut-la-main en 2001, puis en mars 2008 avec 62,86% des voix. La dame du littoral-Nord et son époux, condamnés pour fraude fiscale début 2004, ont été mis en examen en 2006 au motif de « faux et écriture de faux » et « inscription frauduleuse sur les listes électorales » lors des élections cantonales de 2004 auxquelles Madame candidatait. Le couple est ainsi soupçonné d’avoir facilité l’inscription de plusieurs employés municipaux sur les listes électorales dans un cadre clientéliste. La prochaine convocation de Mme Ferrand tend à renforcer l’hypothèse d’un syndrome d’instabilité politique à des degrés divers sur la côte catalane, dans les communes du Barcarès, Canet, Saint-Cyprien et Banyuls.

Partager