Langue

Après avoir été la cible de cambrioleurs, qui avaient subtilisé son trésor, en septembre 2007, avant la visite mal intentionnée, en novembre 2007, de sa chapelle du Dévôt-Christ, la cathédrale vient de nouveau de faire les frais de malfrats. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le tronc central de l’édifice, avalué à près de 80 kilos, a été arraché et déplacé par un ou plusieurs voleurs, qui ont échoué dans son ouverture et l’on abandonné dans la rue. Le coffre religieux, qui contenait 1500 euros, a été repéré in extremis au petit matin de ce jeudi, peu avant qu’une plainte ne soit déposée par les autorités ecclésiastiques, qui auront également à réparer l’imposante porte de Bethléem, forcée par les malfaiteurs, selon le même principe observé lors du pillage de 2007. Le vol organisé cette année-là, délestant le lieu de culte de d’une cinquantaine de pièces d’orfèvrerie des 17è, 18è et 19è siècles, dont certaines classées au titre des Monuments historiques, avait occasionné un grave préjudice. Le nouveau dommage subi semble cependant n’avoir pour but qu’un simple appât d’argent, sans égards pour la valeur marchande patrimoniale et spirituelle des pièces.

Partager

Icona de pantalla completa